D'accord, c'est vrai, tu as été malade

Mais maintenant ressaisis toi 

Prends tes baskets, évade toi

Change de sérénade

Regarde donc tous les avantages

La vie t'est devenue plus chère

Les soucis ne sont que secondaires

Ton ciel ne doit plus s'assombrir de nuages 

D'abord, mesure le temps épargné

Tu as pu partir à la retraite

Mener la vie que tu voulais

Chacun de tes jours est une fête 

Car ton combat tu l'as gagné

Tu trouves tant de moments pour te dérider

Rire à des situations cocasses !

Suis donc du bonheur la trace :

Il convient gentiment de se moquer.  

Dans la rue, des quidams se disputent,

Les badauds se se sont rassemblés autour

Et cette scène comique tu la vis avec humour.

Pas besoin de se référer à la lutte

Dans les comédies de Molière

Des barbons et des valets.

Sur la terre entière,

Il y a des raisons de s'amuser !

Alors sors de ton trou

Mets tes baskets !

Prends avec philosophie

Les réflexions que tu entends.

Réponds avec aplomb à ces gens

Plus bêtes que méchants, fi

De la morosité

Bonjour la gaieté

Le rire est toujours un défi

A la bêtise humaine,

Reste souveraine

Devant les critiques

Peu sympathiques

Si les gens envient

Tes congés maladie

Dis leur que tu voudrais

Bien les changer

En une meilleure santé

Et souris à satiété

De leur parfaite mauvaise foi

Regarde les ils ont peur

Dès que sur leur peau ils voient

Une tache de rousseur

Et foncent chez leur médecin

Oublie les sarcasmes

Mets tes baskets et prends

La route droit devant

Emporte dans ton sac à dos

Les auteurs des comédies

Que tu aimes : tu les relis

Et le monde est plus beau

Molière, Marivaux, Beaumarchais

Sont pour toujours tes alliés

Les humoristes peuvent t'aider

Tu riras avec eux des travers

De la politique et du monde à l'envers !

Mets tes baskets pour rencontrer

Des amis inconnus qui sourient

Et qui sont prêts à t'amuser.

Si le rire châtie les moeurs

Il peut aussi donner le bonheur !